Cuba : des vieilles américaines aux scooters électriques

Cuba est un trésor du passé. Une île dont le développement s’est arrêté un jour de 1959. Se balader sur l’île, c’est comme effectuer un retour dans le temps, en témoigne le nombre impressionnant de vieilles américaines qui y circulent. Alors que Cuba semble à des années lumières des réflexions autour des nouvelles mobilités, engagées par les plus grandes métropoles européennes (comme le groupe de réflexion C40 Cities), des milliers de cubains se baladent en scooters électriques. Paradoxal ? Sûrement pas … 

Entre archaïsme et modernité

L’été semble enfin arriver et ensoleiller Paris. Le coup d’œil inquiet qu’on osait à peine jeter par la fenêtre la semaine dernière s’est transformé en une douce rêverie estivale. Voyage, voyage. C’est à Cuba, plus précisément, que nous transportent cette fois-ci les rayons du soleil.
Aaaaah Cuba ! Peu de pays intriguent autant. Il y en a pour tous les goûts. Amateurs de belles plages, passionnées de rhums en tous genres, aficionados de veilles et belles voitures. L’histoire nous rattrape vite et on s’imagine volontiers débarquer à Santiago d’un pavillon pirate aux côtés du Che et de Cienfuegos pour remonter vers la Havane au volant d’une vielle Cadillac, un Cohiba entre les dents, un rhum à la main et la radio sifflant un air de salsa.
Ces vieilles voitures américaines sont devenues bien plus que de simples commodités. Elles sont devenues de véritables emblèmes de l’île. Mais depuis quelques années est apparu un nouveau moyen de transport plus petit, plus pratique et surtout, plus économique. 

Le scooter électrique, un choix pratique et économique

Paris et Londres, deux villes significatives du Vieux Continent, sont en pleine réflexion autour des mobilités urbaines, en témoigne les mesures annoncées par Anne Hidalgo et Sadiq Khan ces dernières semaines.
Pourtant, Cuba semble avoir un temps d’avance dans ce domaine là. Ce n’est certainement pas par choix écologique mais plutôt par nécessité. En effet au milieu des vieilles américaines multicolores de carrosserie mais noires de fumée se faufilent des scooters étrangement inodores et insonores.
Premier réflexe lorsqu’on les aperçoit : « roue libre et économie d’essence ». Et bien non, Cuba est pleine de scooters électriques. Ce ne sont pas uniquement les principales zones métropolitaines qui en regorgent mais également les zones plus reculées. Ces deux roues trouvent plus facilement de prises de recharge que de pompes à essence et sont des véhicules efficaces et recherchés.
Aguila, Minerva, Voltage sont les noms des montures que ces pilotes à casques bol conduisent tranquillement (rarement au dessus d’une trentaine de kilomètres par heure). Ils sont importés, généralement de Chine, comme en témoigne la multitude de sites d’export qui pullulent sur internet. Pour ce Cuba là, Jacob Forever a remplacé Mililian Galis et l’Aguila la Chevrolet Bel Air.

Des scooters de production chinoise

Pour trouver l’origine de ces petites deux roues, il faut pourtant traverser la planète, direction la Chine. Partenaire historique du gouvernement cubain, la Chine fournit l’île, entre autres, en scooters électriques.
Il ne reste plus qu’à espérer que ces scooters, symboles aujourd’hui de modernité urbaine en Europe, ne deviennent qu’une trace d’un Cuba fermé aux importations et à certaines évolutions mondiales.
Il est d’ailleurs assez intéressant de noter qu’il existe un autre endroit où le scooter électrique est déjà bien ancré dans les mœurs : Shanghai. Des milliers de deux roues électriques sillonnent la capitale économique de la Chine depuis plusieurs années. Le décor est certes moins tropical mais l’ambiance tout aussi exotique. Des scooters d’ailleurs utilisés par Mober, une nouvelle initiative de scooters en libre service à Paris. Bref. L’important pour nous est surtout de noter que les deux roues électriques sont une alternative plus que viable, car déjà bien utilisée, à nos bons vieux scooters thermiques. Et pas de panique, si la qualité chinoise vous effraie, les allemands et leur rigueur se sont mis au travail. Il y a bien évidemment le BMW C-Evolution, dont la bande verte fluo fait de plus en plus parler d’elle. Mais, pour les plus petits budgets, vous pouvez désormais vous essayer le Govecs utilisé notamment par Cityscoot, nouvelle offre de free-floating à Paris et qui vient de lever 15 millions d’euros pour déployer 1000 véhicules à Paris. 

Le changement est en marche, plus besoin de rêver de toute façon les vacances arrivent bientôt !

Pour découvrir Felix, cliquez ici