Tmax, Vespa, MP3, votre scooter reflète votre personnalité

Choisir son scooter n’est pas chose facile. Vous imaginez Hubert Bonisseur de la Bath chevaucher un TMax dans le dernier OSS 117 ? Pas vraiment … Sur quel autre scooter qu’un Vespa aurait pu se balader Audrey Hepbrun dans Vacances Romaines ? Difficile à dire.
GQ, le spécialiste du style, a dressé la typologie des utilisateurs du deux roues à Paris, qu’ils soient stylés, racés ou purement fonctionnels ! 

Le Tmax, le chevalier des temps modernes

Le conducteur de Tmax est fier. Fier de sa monture, fier de son accoutrement ! Tous les rivaux qui viennent se positionner sur la ligne de départ, au feu rouge, il les regarde avec mépris. D’un coup de poignet, il les dépose, une fois le feu passé au vert.
Le style urbain et aérien du Yamaha Tmax, on le retrouve dans les vêtements de son conducteur. T-Shirt moulant faisant ressortir les muscles, blouson serré. Pas besoin d’armure pour ce téméraire amoureux des sensations fortes. Il a besoin d’être rapide et vif pour esquiver les voitures, alors, pourquoi s’encombrer de vêtements chauds et volumineux ? Alors que sa décontraction et sa désinvolture interrogent, son style intrigue !
Seul détails, il n’a pas finit de le payer …
 

Le Px, moyen d’expression du bobo parisien

Le Piaggio 125 Px est rustique et authentique. On lui reconnaît pourtant une robustesse légendaire. Conduit par des bobos, barbe de trois jours, lunettes de soleil vissées sur le nez (même quand il y a des nuages, évidemment), petite veste American Apparel sur les épaules. La nuit, ne soyez pas surpris, vous aperceverez toujours une petite lueur orange se déplacer, c’est la cigarette de son conducteur qui se consume. Hédoniste apprêté, le conducteur du Px connaît Paris comme sa poche. Il passe ses vitesses à la poignée avec dédain, le nez en l’air. Vous ne le verrez jamais sortir son smartphone pour s’orienter, Paris, c’est son terrain de jeu !
Seul risque pour lui : ne pas voir devant à cause de la fumée de son cigare cubain !

La mobylette, ça compte ?

On sait, on sait. Ça va en faire marrer plus d’un de voir la bonne vieille mobylette dans cet article. Mais le conducteur a un profil intéressant. Avec sa mob, il a l’impression d’être à contre courant, l’original de service. Il alterne entre pédalage et accélération moteur, même s’il se demande quand il est en monté, pourquoi il n’a pas acheté un Vespa ! Son style vestimentaire est à l’image de l’état de son véhicule : inclassable. Dandy invétéré, la météo ne lui fait pas peur, tant qu’il garde son style intact. À l’aise malgré tout, il n’hésite pas à emprunter les couloirs de bus, même s’il se fait réprimander une fois de temps en temps.
Niveau sécurité, n’en demandez pas trop. Sa conduite distraite le rend dangereux pour lui et ceux qui l’entourent.  Il a acheté son casque lors d’une vieille brocante, c’est pour dire !
C’est quand même une espèce en voie de disparition !  

Le MP3, pour les papas

Un enfant peut tout changer. C’est généralement le cas du papa en MP3. Une fois l’enfant arrivé, ils sentent l’obligation de rajouter une roue à leurs scooters.  Pressé, il se faufile entre les voitures avec élégance et style, mais toujours avec beaucoup de prudence. Sa doudoune Canada Goose, même en été, le rassure et lui permet de ne pas salir son costume. Ses chaussures sont d’ailleurs toujours bien cirées. Le papa en MP3 assure et rassure. Équipement intégral, casque haut de gamme, vous ne l’y prendrez pas ! Méfiez-vous de lui. Malgré ses airs tranquilles, il est pressé, très pressé. Son scooter, c’est avant tout un moyen d’aller plus vite et il n’hésite pas à ajouter un intercom’ à son casque pour pouvoir passer ses coups de fils professionnels pendant ses déplacements. 

Le Vespa, l’arme fatale du branché

Quand vous voyez passer un Vespa, c’est une bouffée d’Italie que vous prenez. Mais à Paris, c’est différent. C’est généralement un doux mélange de la classe parisienne et de l’élégance italienne. Le conducteur de Vespa n’a pas de gants, pas de vêtement de pluie. Il sort très rarement du VIème arrondissement avec ! Il porte un casque ouvert à l’italienne, ce qui rappelle les faubourgs de Rome, encore plus quand il n’est pas attaché. Pour les conducteurs de Vespa, rien à faire du code de la route. Une priorité à droite grillée ? Pas de problème, un petit sourire d’enfant pris la main dans le sac lui attirera la sympathie des automobilistes. Téléphone coincé dans le casque, la sécurité n’est pas vraiment son affaire. Figure romantique ou inconscient invétéré ? 

Le 50 cm, pour les lascars

Plus bruyant que n’importe quel autre scooter, le 50cm est généralement « pimpé » pour lui donner meilleure allure. En guise de protection, un simple sweat à capuche fait l’affaire. Sa conduite est imprévisible, il slalome, godille, ne freine pas. Vous le verrez parfois passer en roue arrière à côté de vous. Véritable danger public pour lui, il l’est aussi pour les autres ! 

Qu'en est-il des scooters électriques ? Si vous voulez en savoir plus, il suffit de vous rendre sur : www.felix-app.com